Les 4 temps opératoires

-         Le  temps tégumentaire :

Il consiste en des incisions cutanées, longues, multiples et parallèles, jusqu’au plan musculaire ; les auteurs anciens parlaient de « crevées ». Ces incisions se font sur la nuque, la face dorsale du corps et les membres. Elles ont pour but de rechercher des ecchymoses ou des hématomes profonds.

 

-         Le temps thoracoabdominal et pelvien :

Une incision longue et profonde est pratiquée du menton jusqu’aux organes génitaux de manière à laisser apparaître la cage thoracique et la cavité abdominale qui renferme les organes. Les côtes sont ensuite sectionnées afin que le médecin légiste puisse accéder aux principaux organes. Les viscères thoraciques, abdominaux et pelviens sont inspectées dans leur cavité. Puis, le médecin légiste pratique l’extraction et la pesée de ces viscères. Vient ensuite la dissection des poumons, du cœur, du foie, du pancréas, de la rate, des reins et des glandes surrénales, de la vessie et de la prostate ou des organes génitaux féminins et du rectum. Pour finir, le médecin ouvre l’aorte thoracoabdominale qu’il détache du plan vertébral.

  incision.jpg   autopsie.jpg

 

-         Le temps cervical :

Le médecin légiste procède au décollement des plans cutanés et à leur rabat de part et d’autre de la ligne médiane. Une section circulaire du plancher buccal, du voile du palais et du pharynx* est ensuite effectuée. Le bloc langue-médiastin* cervical est extrait, en laissant en place les carotides, qui seront ouvertes ultérieurement. Les vertèbres cervicales sont alors vérifiées et une dissection du larynx* et de l’os hyoïde* est effectuée.

scalp11-1.jpg

 

-         Le temps céphalique :

A l’aide d’un scalpel, une incision du cuir chevelu est pratiquée et celui-ci est ensuite rabattu jusqu’aux rebords orbitaires et jusqu’à l’occiput*. Le médecin pratique alors l’ouverture du crâne par sciage circulaire de la calotte, grâce à une scie électrique à plâtre. Ensuite, le cerveau est extrait après section des nerfs crâniens, des artères cérébrales et du bulbe. Un examen de la base du crâne est effectué. Pour terminer, le cerveau est pesé et disséqué. Le médecin légiste s’intéresse au cerveau car celui-ci peut révéler des traumatismes non visibles lors de l’examen externe du corps, comme une hémorragie par exemple. 

crane.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site